L’arbitre qui a expulsé zidane :  » les autres n’ont rien vu, comme moi »

le-fameux-coup-de-boule-de-zidane

Dans une interview accordée au magazine britannique The Blizzard – à paraître le 2 décembre, Horacio Elizondo, l’arbitre de la finale de la Coupe du monde 2006 entre l’Italie et la France (1-1, 5 tab à 3) revient en détails sur l’expulsion de Zinedine Zidane après son coup de tête dans le plexus de Marco Materazzi. Une scène devenue légendaire que l’arbitre argentin n’a pas vue sur le moment. Ses assistants non plus.

« Quand Materazzi est tombé, j’étais à l’autre bout du terrain, explique-t-il. Je le vois allongé au sol. Comme il ne se relève pas, j’arrête le match. Je demande immédiatement à mon assistant Dario Garcia s’il a vu quelque chose. Il me répond : « Je ne sais pas, je le vois au sol, mais je ne sais pas ce qu’il s’est passé ». Je demande alors à mon autre assistant, Rodolfo Otero, qui était loin de l’action et il me dit : « Moi non plus ». A ce moment-là, j’ai des doutes parce que je vois clairement qu’il s’est passé quelque chose. Et puis j’entends la voix de Luis Medina Cantalejo, le quatrième arbitre, dans mon casque : « Horacio, Horacio, je l’ai vu ! Un coup de tête vraiment violent de Zidane sur Materazzi, en pleine poitrine ! »

« Une sorte de feinte »

« Je lui demande pourquoi il a mis ce coup de tête et si Materazzi lui a fait quelque chose avant. Il me répond : « Non, honnêtement, je ne sais pas. Je viens de voir le coup de tête (sous-entendu en regardant le ralenti vidéo, ndlr) ». Quand j’arrive au niveau de Materazzi, je réalise que les joueurs ne savent pas ce qu’il se passe. Hormis Buffon, qui proteste auprès de mon assistant et Gattuso, les autres n’ont rien vu, comme moi. » Une situation qui place l’homme au sifflet face à un dilemme : expulser Zidane sans avoir vu son geste ou le laisser sur le terrain sachant ce qu’il a fait…

Elizondo choisit la première option. Et prend soin de brouiller les pistes afin de créer l’illusion. « Je vais voir Dario (l’un de ses assistants, ndlr) en sachant qu’il ne sait rien. Si vous allez voir l’assistant, tout le monde comprend que c’est parce qu’il va vous dire quelque chose. Je vais donc voir Dario et lui dis juste : « il reste dix minutes, restons concentrés ! ». Je me retourne, m’approche de Zidane et sors le carton rouge. C’était en fait une sorte de feinte… » Une feinte qui a changé le cours de l’histoire, mis Raymond Domenech hors de lui et peut-être empêché la France d’ajouter une deuxième étoile à son maillot…

 

Laisser un commentaire

Top